Retour page précédente - Accueil - Menu - AA - AA - Laptop ou PC

Version 1.03-Novembre 2016

L'auberge d'Emmaüs...

Abstract: L'expérience de la Résurrection dans le besoin de la grâce...

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître pour un profane, je vis moi aussi avec cette certitude, comme la plupart des chrétiens, qu'il y a des moments durant lesquels, avec mon consentement, Dieu m'utilise comme un serviteur (voire un esclave!) pour que quelque chose se concrétise que je ne peux ni prédire, ni programmer, ni organiser. Cette impression est difficile à expliquer car je ne voudrais pas laisser entendre à l'esprit mal tourné que je me joue des mots et qu'en fait je fais passer mes caprices pour ceux de Dieu... Je dois d'ailleurs tout de suite faire remarquer que le seul profit relationnel que je puisse tirer de cette pression que je pense être surnaturelle, c'est de paraître en fin de course plus désintéressé que je ne pouvais le sembler au départ.

 

 

 

Aussi invraisemblable que cela puisse paraître pour un profane, je vis moi, comme la plupart des chrétiens engagés, des moments durant lesquels, avec mon consentement, Dieu m'utilise comme un serviteur voire un esclave pour que quelque chose se concrétise que je ne peux ni prédire, ni programmer, ni organiser. Cette impression que Dieu daigne parfois agir par moi est difficile à expliquer car je ne voudrais pas laisser entendre à l'esprit mal tourné que je me joue des mots et qu'en fait je fais passer mes caprices pour ceux de Dieu... Je dois d'ailleurs tout de suite faire remarquer que le seul profit relationnel que je puisse tirer de l'inspiration surnaturelle, c'est de paraître en fin de course plus désintéressé que je ne pouvais le sembler au départ.

La gentillesse est par excellence dans ce territoire de l'action où Dieu pourrait s'aider de ma chair pour agir... J'ai déjà longuement étudié cette bizarrerie qui veut que ma seule volonté d'être gentil ne me rend pas gentil mais seulement obéissant. Pour accomplir la gentillesse plutôt qu'un 'devoir du coeur' (dont les effets peuvent être désastreux en amour par exemple, ou en pédagogie), quelque chose qui vient d'ailleurs doit m'être donné. Dans le jargon chrétien, on appelle cela une ‘grâce'.

"...La volonté n'est bonne qu'aux tâches serviles: elle assure l'exercice correct des vertus naturelles qui sont prérequises au travail de la Grâce comme l'effort du laboureur aux semailles. Mais le divin vient d'ailleurs..." (Gustave Thibon - Préface à «La Pesanteur et la Grâce» de Simone Weill)

Si je veux convertir un agnostique, il en va comme de la gentillesse; l'absence de la grâce peut être calamiteuse. (Je n'évoque pas ici ces spéculations théologiques que je pourrais avoir avec des agnostiques et qui ne sont jamais que des joutes qui m'aident à me comprendre moi-même; je pense plutôt au zèle prosélyte qui, par bonheur ou par malheur, m'habite tellement peu...)


Par contre si la grâce est donnée, un prodige peut se concrétiser, malgré moi, par ma gorge, par ma langue, ma bouche... Les mots alors frappent plus fort. Ils me frappent moi autant que mon interlocuteur. Un ange passe qui transforme nos cœurs. On est en plein dans la proposition évangélique qui dit que lorsque plusieurs personnes parlent du Christ, le Christ est présent au milieu d'elles...

«...Car là où deux ou trois sont rassemblés pour mon nom, je suis au milieu d’eux....» (Mt18:20 - Nouvele Bible Segond 2002)

Autres traductions TOB - Semeur - Jérusalem - Colombe - Segond - Chouraki - Osty - Deiss - yyy - zzz

Ce genre de prodige est, à mon avis, l'intuition centrale de l'épisode d'Emmaüs (Lc 24).

13 Or, ce même jour, deux d’entre eux se rendaient à un village du nom d’Emmaüs, à soixante stades de Jérusalem,
14 et ils s’entretenaient de tout ce qui s’était passé.
15 Pendant qu’ils s’entretenaient et débattaient, Jésus lui–même s’approcha et fit route avec eux.
16 Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.
17 Il leur dit : Quels sont ces propos que vous échangez en marchant ? Ils s’arrêtèrent, l’air sombre.
18 L’un d’eux, nommé Cléopas, lui répondit : Es–tu le seul qui, tout en séjournant à Jérusalem, ne sache pas ce qui s’y est produit ces jours–ci ?
19 –– Quoi ? leur dit–il. Ils lui répondirent : Ce qui concerne Jésus le Nazaréen, qui était un prophète puissant en œuvre et en parole devant Dieu et devant tout le peuple,
20 comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour qu’il soit condamné à mort et l’ont crucifié.
21 Nous espérions que ce serait lui qui apporterait la rédemption à Israël, mais avec tout cela, c’est aujourd’hui le troisième jour depuis que ces événements se sont produits.
22 Il est vrai que quelques femmes d’entre nous nous ont stupéfiés ; elles se sont rendues de bon matin au tombeau et,
23 n’ayant pas trouvé son corps, elles sont venues dire qu’elles avaient eu une vision d’anges qui le disaient vivant.
24 Quelques–uns de ceux qui étaient avec nous sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses tout comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu.
25 Alors il leur dit : Que vous êtes stupides ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes !
26 Le Christ ne devait–il pas souffrir de la sorte pour entrer dans sa gloire ?
27 Et, commençant par Moïse et par tous les Prophètes, il leur fit l’interprétation de ce qui, dans toutes les Ecritures, le concernait.
28 Lorsqu’ils approchèrent du village où ils allaient, il parut vouloir aller plus loin.
29 Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est déjà sur son déclin. Il entra, pour demeurer avec eux.
30 Une fois installé à table avec eux, il prit le pain et prononça la bénédiction ; puis il le rompit et le leur donna.
31 Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux.
32 Et ils se dirent l’un à l’autre : Notre cœur ne brûlait–il pas en nous, lorsqu’il nous parlait en chemin et nous ouvrait le sens des Ecritures ?
33 Ils se levèrent à ce moment même, retournèrent à Jérusalem et trouvèrent assemblés les Onze et ceux qui étaient avec eux,
34 qui leur dirent : Le Seigneur s’est réellement réveillé, et il est apparu à Simon !
35 Ils racontèrent ce qui leur était arrivé en chemin, et comment il s’était fait reconnaître d’eux en rompant le pain.
(Lc 24 13-35 – Nouvelle Bible Ségond 2002)

Autres traductions TOB - Semeur - Jérusalem - Colombe - Segond - Chouraki - Osty - Deiss - yyy - zzz

 

Deux gaillards discutent de l'actualité régionale. La grâce tombe sur le couple lorsque l'un des deux, Cléopas, à l'impression que l'autre n'a pas accordé à l'exécution d'un condamné à mort la lecture que lui-même en donne et qu'il croit être la lecture de tous, la «bonne» lecture. Du coup, ils sont tous les deux engagés dans un processus de maturation parce qu'un troisième intervenant, un «non-moi» encore sans visage mais présent au coeur de chacun d'eux a créé un vide, un «manque» qui anime de fait la discussion et lui donne une direction. Nos deux interlocuteurs découvrent progressivement que ce «manque» –une forme de curiosité plus que de tristesse... la tristesse semble même les quitter– qui agit en chacun d'eux est en fait ni de voir sa propre conviction partagée par l'autre interlocuteur ni même de partager la conviction de cet interlocuteur. C'est ce manque lui-même qui brûle leurs coeurs. C'est ce manque qui est la grâce ici et qu'ils invitent à leur table alors qu'elle feignait de vouloir les quitter. Ce manque ne leur est pas consubstantiel et il pourrait effectivement continuer sa route sans eux... Il fallait donc l'inviter et «...Il entra, pour rester avec eux».

«...Il entra, pour rester avec eux».
Il y a en leurs manques respectifs, un seul et même «Autre»; le Christ est en train de s'incarner... Et à l'instant précis où ce manque est reconnu à part entière comme une troisième personne chargée d'un mystère, cette troisième personne, sans visage jusque-là, en prend un. Ce troisième visage disparaît aussitôt parce que ce visage est reconnu dans celui de l'interlocuteur. L'interlocuteur était devenu le lieu de deux visages: celui d'un frère humain possédant encore un état civil et le visage diaphane du Christ lui-même qui s'incarnait comme il le pouvait, lorsque l'occasion lui en était offerte. Ce manque, cette faim brûlante qui les unissait dans une passion interprétative, c'était une forme d'Amour et elle est enfin conscientisée comme telle. Cette faim brûlante a effectivement en son sein tous les composants symboliques qui la promeuvent au rang de l'Amour: désir, joie, altérité... À l'inverse de beaucoup d'autres amours humaines, cet Amour-ci, Agapê, se moque du genre, de la beauté, de l'âge, des liens familiaux, des gènes, etc. «Par Lui, avec Lui et en Lui», les deux corps présents sont devenus les moyens de la rencontre de trois personnes interagissant les unes sur les autres: moi, mon interlocuteur et le Christ.

Rigoureusement parlant, lorsque cette grâce est donnée et acceptée, le Christ n'est pas mis en présence par des mots. Il l'est uniquement lorsque ces mots sont transfigurés par la réaction, l'échauffement et la répartie (elle aussi «graciée») de l'interlocuteur qui au départ semblait seulement interroger ou entendre. Les deux participent ensemble à l'organicité du Christ incarné; cette fièvre brûlante est le sang du Corps Mystique.

Il est tentant de confondre ce Christ que nous disons vivant avec une simple idéologie comme le marxisme ou l'existentialisme ou l'épicurisme... le thomisme, le catholicisme, le luthérianisme... Toutes les idéologies du monde nous laissent ici et là devant des questions à résoudre qui parfois font brûler nos coeurs dans des discutions passionnées. Mais une idéologie est souvent rigide et seul son auteur, s'il vit encore en chair et en os, pourrait rivaliser avec ce Christ ressuscité pour nous aider à avancer sans créer de schisme. Une idéologie sans son créateur n'a, en général, que des énigmes ou des apories à offrir lorsqu'un vide, un manque, se fait sentir. Elle conduit alors à des divisions sectaires. Confronté à ce vide-là, Celui que les chrétiens appellent le Christ ressuscité, offre plutôt qu'un texte imparfait une personne vivante riche de mystères et d'Amour. C'est dire autrement que les divisions sectaires chrétiennes ne sont, au départ en tout cas, pas le fruit de la grâce, mais l'effet de textes lus comme des manifestes. L'interactivité d'une présence personnelle proposée en lieu et place d'un texte permet d'infiltrer jusqu'au coeur des apories pour les métamorphoser en nécessités. Jamais une idéologie seule n'a ce genre de présence qui me répond comme seule une autre personne pourrait le faire et en particulier une personne aimée. On peut penser devenir chrétien par des lectures, mais, en fait, on le devient par des rencontres dont les textes ne sont que d'éventuels prétextes... Il s'agit donc ici d'éviter une lecture "scientifique", rationnelle, sociologique, politique, des évangiles pour en arriver à une conversion.

Je ne sais pas si, entre Cléopas et son interlocuteur, il y avait un troisième corps en chair et en os dont le visage aurait possédé la propriété étrange de se transformer en quelques heures... Mais ce qui est certain pour moi, c'est qu'il y avait une personne plutôt qu'un texte ou une idéologie ou une conviction. Les textes sacrés dont ils vont parler ensemble (Moïse, les Prophètes...) n'étaient que le préambule pour découper le magma du réel en symboles de telle sorte qu'un langage puisse s'établir par lequel Celui que nous appelons «Dieu» pourra s'articuler dans notre activité mentale.

Pourquoi encore en revenir au découpage symbolique? Pourquoi devoir réajuster l'ordre symbolique déjà opérant? On est ici devant une simple nécessité méthodologique. Ce genre de préambule s'impose dès qu'on veut approfondir une connaissance. Si je veux expliquer à un patient que ce qu'il voit sur sa peau est du psoriasis et non de la lèpre ou de l'eczéma, il me faudra commencer par expliquer la distinction entre le symptôme et la maladie, l'allergie et l'infection, l'agression microbienne et la réaction immunologique, etc. Il en va de même pour le sens de la Passion qui est la Rédemption.

Nous autres chrétiens, nous sommes évidemment au coeur d'une spiritualité qui, comme pas mal d'autres d'ailleurs, ne place pas le noyau dur de l'identité de l'identité d'une personne dans le corps biologique, pas même dans le visage, n'en déplaise aux adulateurs des puissances de l'image. L'espace et le temps avec toute la configuration objectivable du corps ne sont ici que des accidents de la personne... Saint Thomas avait certainement raison sur ce point. La rencontre d'Emmaüs essaye de nous le rappeler. Mais il nous fallait aussi entendre que ce n'est pas tant ce que disent Moïse et les Prophètes qui importe que la manière qu'a la Bible, par le truchement de Moïse et des Prophètes, de découper le cosmos en symboles adéquats. Alors seulement, un Logos nous est offert à partir duquel tout commence à s'éclairer.

 

 

paul yves wery - Chiangmai – Septembre 2010

Version 1.02 - Janvier 2011

Version 1.03 - Novembre 2016